Portrait de Cécile Schwerer, Cheffe de projet et Auteure

« Ce livre est une double aventure : la première aventure est d’être partie faire un périple pendant 13 mois. […]  La deuxième aventure est la rédaction du livre. »

Diplômée de l’école de commerce HEC, et après un début de carrière prometteur dans le domaine du marketing dans l’industrie pharmaceutique, Cécile Schwerer a souhaité prendre part à un projet associatif et entrepreneurial performant et porteur de sens, auquel elle pouvait apporter ses compétences. Elle s’est donc naturellement tournée vers APF Entreprises et a postulé en tant que cheffe de projet, poste qu’elle occupe depuis deux ans. 

Que peux-tu nous dire de ton poste ?   

J’évolue au sein de la direction nationale d’APF Entreprises, le réseau d’entreprises d’APF France handicap.  Je suis en support des entreprises adaptées (EA). Cela veut dire que je leur apporte un appui stratégique, opérationnel et technique sur des projets collectifs entre plusieurs établissements pour développer un secteur, un marché… J’interviens également auprès des EA qui rencontrent des difficultés en créant des groupes de travail. 

Par exemple, le réseau essaie d’implanter une activité d’assemblage de vélos électriques. C’est un projet qui existait déjà à petite échelle dans certains établissements, mais l’objectif est de déployer ceci à l’échelle du réseau, sur le long terme en s’appuyant sur plusieurs établissements en coordonnant les activités des uns et des autres et en structurant le projet. C’est là que j’interviens. 

Dans un autre registre, j’ai comme rôle d’appuyer les start-ups qui rejoignent notre réseau. Voilà plus d’un an que je travaille aux côtés de l’équipe de Leka pour aider à structure j’ai par exemple beaucoup travaillé aux côtés de Leka pour aider à structure une équipe, un business… 

Mais avant de se lancer dans l’aventure APF France Handicap, elle a vécu un autre type aventure particulière : pendant 13 mois, elle est partie avec son mari en Haute-Asie, munis de leurs chaussures de randonnée et de leurs sacs à dos.

Comment s’est organisé le voyage ?

Il y avait un aspect assez intuitif : j’avais envie de consacrer un an de ma vie à une sorte d’ouverture d’esprit qui sort du quotidien. Avec mon mari, nous étions sur la même longueur d’ondes à ce niveau. Nous avons ressenti un sentiment d’urgence de voir ces endroits qui sont en train de changer totalement, un besoin d’aller les découvrir avant qu’ils disparaissent.

Nous avons donc décidé d’aller du Caucase à l’Himalaya à pied (aller-retour), avec pour objectif de rencontrer des communautés relativement coupées du monde marchandisé, capitaliste. Pour trouver ces tribus et ethnies, nous nous sommes appuyés sur les récits des premiers explorateurs. Lors de notre voyage, nous avons fait une comparaison de ce que nous voyions avec ce que nous avions lu. C’était un voyage très exigeant physiquement, en altitude, en montagne avec un certain nombre de dangers. 

Qu’est-ce que ce voyage a changé pour vous deux  ?

Ce périple a plutôt confirmé des instincts : nous avions déjà beaucoup voyagé avant. Ce voyage a confirmé nos sensibilités et nos modes de vie : l’urgence écologique est beaucoup plus visible quand on fait un voyage comme ça. Par exemple, des éleveurs de chevaux nous ont raconté que les glaciers fondent plus tôt dans l’année, et qu’ils ne peuvent pas déplacer leurs troupeaux comme ils le faisaient avant. Ce n’est pas quelque chose qu’on remarque de façon aussi flagrante dans notre quotidien.  Donc forcément, ça ne peut que conforter dans une envie de t’investir sur ce sujet. 

Parle-nous du livre que tu as écrit à 4 mains avec ton mari .

Ce livre est une double aventure : la première aventure est d’être partie faire un périple pendant 13 mois, avec pour seul guide les récits des premiers explorateurs qui ont inspiré ce voyage. 

 La deuxième aventure est la rédaction du livre. En rentrant, nous souhaitions relater ces aventures. Au départ, c’était juste pour nous, puis nous nous sommes pris au jeu. Nous avons ensuite voulu faire de notre récit un vrai objet littéraire, en s’appuyant sur les écrits des premiers explorateurs qui avaient inspiré notre voyage.

Écrire à 4 mains n’est pas forcément évident, car on doit composer avec deux styles d’écriture différents, et des ressentis qui ne sont pas toujours les mêmes concernant le voyage et les choses que l’on a vécues.  Après la rédaction, nous avons décidé de présenter notre livre pour le prix littéraire de la Société des explorateurs français. Et nous avons gagné le Prix du Témoignage d’Aventure. 

Le livre : Entre les plis du monde. Chroniques sur les hauteurs de l’Asie

Retrouvez l’apparition de Cécile et Charles-Antoine Schwerer dans l’émission 28 minutes sur ARTE !

Retour en images sur ce voyage inspirant :

Laisser un commentaire